PARACHUTISME ET HANDICAP : les premiers Championnats de France parahandisport.

image

Les samedi 26, dimanche 27 et lundi 28 juillet 2014, sur l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03) se déroulera le deuxième stage «Parachutisme et handicap» organisé par la Fédération Française de Parachutisme et l’ASM Omnisports. Ce stage a été rendu possible grâce au soutien de la Délégation Régionale Auvergne EDF,  de la Caisse d’Épargne d’Auvergne et du Limousin,  de la Direction Régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale, et du Comité d’Auvergne Handisport et de la Ligue d’Auvergne de parachutisme sportif.

image

Douze sportifs, atteints d’un handicap, seront formés et encadrés durant ces 3 jours par des professionnels agréés par la FFP. Alternant théorie et pratique, ils effectueront 1 saut en tandem à 4000 mètres d’altitude, et 4 vols ascensionnel en chariot adapté.

En impulsant cette nouvelle initiative, l’ASM Omnisports et ses partenaires étaient convaincus de la position de pionnier que peut revendiquer l’Auvergne. Grâce à leur implication et à leur force de conviction auprès de la Fédération Française de Parachutisme, le 1er Championnat de France Parahandisport se déroulera lui aussi en Auvergne, du 31 juillet au 3 août 2014, sur l’aérodrome de Vichy-Charmeil (03), en même temps que les championnats de France de parachutisme. Autre projet structurant, l’ouverture d’une section parahandisport est en réflexion au sein de l’ASM Omnisports.

Source : Fédération française de parachutisme. Avril 20104

AL Angoulvent - Vitalliance 

REVALORISATION DE LA MTP DEPUIS LE 1er AVRIL 2014

Depuis le 1er avril 2014, la Majoration Tierce Personne est fixée à 13 236,98 €, soit 1 103,08 € par mois.

AL Angoulvent - Vitalliance

SOLITRIP EN EURASIE : LES CARNETS DE ROUTE D’ANGELINA ET SEGOLENE.

Chapitre 1

Angelina et Ségolène sont deux jeunes auxiliaires de vie de Vitalliance. Agées de 22 et 23 ans, elles ont décidé de voyager à travers l’Europe et l’Asie du Sud Est, en stop avec leur sac à dos.

Vitalliance est heureuse d’être leur sponsor dans cette aventure humaine, où l’engagement individuel s’inscrit dans l’esprit d’équipe au service du handicap.  

image

Parties de Honfleur le 8 mars 2014, Angelina et Ségolène ont tout naturellement décidé de confier leurs carnets de route à Vitalliance. Elles vont ainsi faire partager leur aventure aux personnes en situation de handicap, en leur permettant de voyager “par procuration” à travers le monde.

Soutenues par le Foyer soleil de l’Association des Paralysés de France et Handicap International, Angélina et Ségolène se sont assigné l’objectif de sensibiliser au handicap dans les pays en voie de développement. A ce titre, elles animeront donc des ateliers dans des écoles primaires en Europe.

Photo

Au programme, 23 pays en 1 an et 4 mois.

- 8 mois en Europe en passant par la France évidement, l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie, le Monténégro, la Macédoine, l’Albanie, la Bulgarie, la Turquie, la Grèce, la Roumanie, l’Hongrie, l’Autriche, la République Tchèque, l’Allemagne, la Hollande et la Belgique.

- 8 mois en Asie du Sud en passant par l’Inde, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam et le Laos.

Alors, suivez SoliTrip en EurAsie … 

SoliTrip in EurAsie

… une aventure humaine, comme Vitalliance voit la vie de tous les jours. 

A bientôt ! 

AL Angoulvent - Vitalliance

LE DEBAT DU JOUR : L’hospitalisation à domicile ne doit pas entraîner la suspension du versement de l’APA.

                       image

Il existe une différence de pratique entre départements à propos de l’articulation entre le versement de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et la prise en charge de la personne âgée bénéficiaire au titre de l’hospitalisation à domicile (HAD).

Mais si les pratiques sont divergentes selon les départements, il apparaît que APA et AHD sont bien des prestations sur des registres différents.

La difficulté vient de l’interprétation de l’article R.232-32 du Code de l’action sociale et des familles (CASF), prévoyant la suspension du versement de l’APA à compter du 31e jour d’hospitalisation dans un établissement de santé pour recevoir des soins de courte durée, de suite et de réadaptation.Certains départements maintiennent le versement de l’APA en considérant que l’hospitalisation à domicile est dérogatoire à l’article R.232-32, tandis que d’autres la suspendent en estimant que, dans ce cas de figure, la prise en charge du bénéficiaire relève de l’assurance maladie.

- L’HAD relève d’une logique de soins et fait l’objet d’une prise en charge par l’assurance maladie à la hauteur de 80%, comme pour toute hospitalisation (même si elle a lieu à domicile).

- L’APA vise à pallier les conséquences du manque ou de la perte d’autonomie liés à l’état physique ou mental du bénéficiaire “et qui, nonobstant les soins qu’elles sont susceptibles de recevoir, ont besoin d’une aide pour l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou dont l’état nécessite une surveillance régulière”

En la matière, la réponse du ministère chargé des personnes âgées et de l’autonomie est sans aucune ambiguïté : “L’APA, financée conjointement par les départements et la solidarité nationale, n’intervient pas dans la sphère des soins, qui relèvent de l’assurance maladie, et n’est pas susceptible de contribuer à leur financement, ce qui rend possible le cumul d’aides à la personne, humaines ou techniques, financées par l’APA, et de prestations de soins dispensées au domicile par des intervenants médicaux ou paramédicaux. Dès lors, l’APA n’est pas suspendue à partir du 31e jour d’hospitalisation à domicile.”

Si la possibilité est donnée au président du Conseil général (par l’article R.232-22 du CASF) de réduire ou suspendre le versement de l’APA en cas d’hospitalisation pour des soins de courte durée, de suite ou de réadaptation, la réponse ministérielle rappelle que l’HAD est un mode d’hospitalisation sans hébergement.

En outre, l’article L.232-23 du CASF (qui liste les différentes prestations non cumulables avec l’APA)  ne cite pas l’hospitalisation à domicile.

La réponse ministérielle précise que “ces deux modes de prise en charge, l’accompagnement pour les actes de la vie quotidienne d’une part, les soins médicaux d’autre part, s’exercent en effet sur deux registres différents”

Dans ces conditions, il n’y a pas de lien entre une prise en charge au titre de l’HAD et le versement de l’APA. Une prise de position qui devrait contribuer à harmoniser les pratiques aujourd’hui divergentes des départements, dans un sens favorable aux bénéficiaires de l’APA.

Source : Jean-Noël Escudier; Localtis Info. Publié le 03.04.2014.

AL Angoulvent - Vitalliance

VITALLIANCE VOUS ACCUEILLE AU SALON DES SENIORS 2014 …

… les 3, 4, 5, et 6 avril 2014. Porte de Versailles à Paris

* Un grand choix de services qui s’adaptent à vos besoins et à vos envies.

* En 48 heures à vos côtés, l’intervenant que vous  avez choisi.

* Un devis gratuit réalisé sur mesure et des tarifs dégressifs en fonction du volume d’heures.

* Des intervenants de confiance, chaleureux et professionnels.

Renseignements pratiques sur le Salon des Seniors :

Dates : du jeudi 3 avril au dimanche 6 avril 2014
Horaires : tous les jours de 10h à 19h-fermeture le dimanche à 18h
Lieu : Paris Porte de Versailles-Hall 2.2

 Vitalliance

Maintien à domicile : le médecin généraliste, acteur essentiel mais méconnu

La prise en charge et le maintien à domicile des personnes âgées en situation de dépendance sont des problématiques auxquelles les médecins généralistes sont régulièrement confrontés : la quasi-totalité de ces praticiens déclarent suivre au moins une personne âgée dépendante vivant à domicile. Ce suivi nécessite le plus souvent un déplacement du médecin chez le patient et un temps de consultation relativement long.

image

Deux praticiens sur trois déclarent avoir participé activement à la mise en place d’une aide professionnelle à domicile pour les activités de la vie quotidienne de la dernière personne âgée dépendante qu’ils ont vue en consultation au cabinet ou en visite à domicile. L’aide à la toilette et les soins d’hygiène illustrent néanmoins la complexité des modes d’intervention auxquels les médecins peuvent faire appel : la diversité des professionnels impliqués, tout comme leur disponibilité très hétérogène selon les territoires, sont autant de difficultés rencontrées par le médecin généraliste dans ses missions de coordination des soins.

À cet égard, 40 % des médecins généralistes participent à des réunions de coordination ou pensent que ce serait utile, et la très grande majorité estime qu’une meilleure coordination entre eux et les intervenants à domicile serait bénéfique.

Interrogés sur la place des Personnes Agées Dépendantes (PAD) vivant à domicile dans leur patientèle actuelle, 95 % des médecins généralistes déclarent en suivre au moins une et près de 40 % au moins vingt. En moyenne, ces praticiens prennent en charge vingt et une PAD vivant à domicile.

Pour consulter l’étude, cliquez ici

Source : DRESS : Etude n° 869 par JF Buyck, B.Casteran-Sacreste, M.Cavillon, F.Lelièvre, F.Tuffreau, F.Mikol). Février 2014

AL Angoulvent - Vitalliance

VITALLIANCE A VU ET VOUS RECOMMANDE …

DE TOUTES NOS FORCES

Sortie : 26 mars 2014 
Réalisateur : Nils Tavernier 
Avec : Jacques Gamblin, Alexandra Lamy, Fabien Héraud 
Genre : drame 
Durée : 01h30min

Synopsis 
Adolescent pas tout à fait comme les autres, Julien rêve de grands espaces, et surtout de partager une histoire forte avec son père. Un jour, il lui propose de participer avec lui à l’un des triathlons les plus difficiles au monde : l’Ironman de Nice… Le combat exemplaire d’une famille et une magnifique histoire d’amour entre un père et son fils

Le scénario est inspiré de l’histoire vraie de la team Hoyt : un enfant paralysé cérébral entretenant des relations conflictuelles avec son père, propose à celui-ci d’effectuer un triathlon en vue de participer à l’Ironman de Nice et de se rapprocher.

Contrairement aux autres participants, le père est contraint de transporter son fils dans un engin adapté pour chaque épreuve sportive (un canot pneumatique pour la natation, un vélo pour le cyclisme et un fauteuil roulant pour la course à pied) ce qui rend le triathlon bien plus difficile.

Un film dont la philosophie, toute simple mais tellement vraie, réside dans les valeurs de volonté, ténacité et certitude de réussir en dépit des efforts et de la souffrance.

Vitalliance 

CLOTURE DES JEUX DE SOTCHI : LA FRANCE TERMINE AU 5ème RANG DES NATIONS

Les Jeux Paralympiques de Sotchi se terminent. Avec 12 médailles, la délégation française se place à la 5ème place des nations. L’équipe de France fait deux fois mieux que les Jeux Paralympiques de Vancouver, où elle avait récolté 6 médailles.

Marie BOCHER revient de Sotchi avec 4 médailles d’or (Descente, SuperG, Super Combiné, Géant debout), le porte drapeau de la délégation française Vincent GAUTHIER-MANUEL avec 3 médailles (le bronze en descente hommes, l’argent en slalom et l’or en slalom géant), Solène JAMBAQUE avec 2 médailles (l’argent en descente dames et le bronze dans le géant debout). Thomas CLARION remporte deux médailles de bronze, dans le 10km hommes malvoyants et le relais ouvert 4 fois 2,5km avec Benjamin DAVIET. Enfin, Cécile HERNANDEZ-CERVELLON décroche l’argent dans l’épreuve du snowboard cross.

Les Jeux Paralympiques de Sotchi ont permis de mettre la lumière sur des personnes qui sont trop souvent laissées dans l’ombre. Les athlètes « handi » ont montré par leurs exploits que l’engagement et la persévérance n’étaient pas des qualités réservées aux valides. Ainsi, ils font prendre conscience aux Français que par-delà les différences, nous avons beaucoup en commun, et que le handicap n’empêche pas des performances exceptionnelles.

TABLEAU DES MEDAILLES

AL Angoulvent - Vitalliance 

MUNICIPALES 2014 : COMMENT VOTER ?

image

Si vous ne pouvez pas vous déplacer ou être présent dans votre commune d’inscription électorale, vous avez la possibilité de confier un mandat à un autre électeur inscrit dans la même commune que vous.

Dans le cadre de l’organisation des opérations de vote, permettre aux personnes handicapées de voter dans les mêmes conditions que les autres électeurs est une préoccupation de l’administration.

Les mesures adoptées portent sur :

1. Le choix du matériel et des bureaux de vote ;
2. La possibilité de se faire accompagner ;
3. L’envoi de la propagande à domicile ;
4. Le vote par procuration.

1. Le choix du matériel et des bureaux de vote :

L’organisation des bureaux de vote et l’achat du matériel électoral (urne, isoloir) relèvent de la commune. L’aide de l’État intervient uniquement dans le financement de ce matériel.

Les normes à respecter sont inscrites dans le code électoral. Aucune disposition ne réglemente la fabrication et la dimension des isoloirs utilisés. Il est donc possible pour les communes de se doter d’isoloirs plus grands que ceux habituellement en service, et adaptés aux personnes handicapées se déplaçant en fauteuil roulant.

Les préfets déterminent par arrêté le ressort territorial et l’adresse de chaque bureau de vote. Ils effectuent leur choix sur proposition des autorités municipales qui doivent veiller à désigner des locaux pourvus d’un accès aisé notamment pour permettre la présence du public lors du dépouillement.

Afin de faciliter le vote des personnes handicapées, il appartient aux maires d’aménager les locaux de vote afin de les rendre dans la mesure du possible accessibles.

2. La possibilité de se faire accompagner :

Le vote est un acte personnel et l’électeur doit voter seul. Il doit donc passer seul dans l’isoloir et introduire lui-même son enveloppe dans l’urne.

Lorsque ces conditions ne sont pas respectées, il en est fait mention au procès-verbal du bureau de vote. Cela peut conduire à l’annulation des suffrages du bureau de vote en question.

Toutefois, les personnes handicapées peuvent avoir besoin de se faire assister physiquement afin d’accomplir leur devoir électoral. C’est pourquoi, le code électoral permet qu’elles se fassent accompagner par un électeur de leur choix. Ce dernier n’est pas obligatoirement du même bureau de vote, ni de la même commune.

L’électeur accompagnateur peut lui aussi rentrer dans l’isoloir. Il peut également introduire l’enveloppe dans l’urne à la place de l’électeur qu’il accompagne.

Si la personne handicapée ne peut signer elle-même la liste d’émargement, l’électeur qui l’accompagne peut signer à sa place avec la mention manuscrite : ” L’électeur ne peut signer lui-même “.

3. L’envoi de la propagande à domicile :

Pour chaque scrutin, la propagande est envoyée au domicile de chaque électeur. Il s’agit de la profession de foi des candidats et des bulletins de vote.

Cet envoi s’ajoute à la mise à disposition des bulletins de vote dans les bureaux de vote. Il peut permettre à toute personne de préparer son bulletin de vote à son domicile, et si besoin est, de se faire aider par un tiers. Il lui suffit alors de prendre dans le bureau de vote l’enveloppe de scrutin et de passer par l’isoloir.

4. Le vote par procuration :

Le code électoral prévoit expressément la possibilité de voter par procuration pour les personnes invalides.

Une procuration est normalement établie pour un scrutin déterminé (pour l’un des deux tours ou pour les deux tours). Toutefois, à la demande du mandant, elle peut être fixée à une année à compter de sa date d’établissement si l’intéressé établit être de façon durable dans l’incapacité de se rendre au bureau de vote.

La présence de la personne qui souhaite faire établir une procuration est indispensable mais les intéressés peuvent parfois être dans l’impossibilité de se déplacer. C’est le cas des personnes handicapées. Les officiers de police judiciaire ou leurs délégués se rendent alors au domicile des personnes. La demande doit être formulée par écrit et accompagnée d’un certificat médical ou d’une attestation justifiant que l’électeur est dans l’impossibilité de se déplacer.

Pour connaître vos droits et les obligations légales dans le cadre des élections, cliquez sur le Mémento pratique à l’usage des candidats aux élections et de tous les citoyens concernés

Source : Ministère de l’intérieur. Mars 2014

AL Angoulvent - Vitalliance

MUNICIPALES 2014 : L’ACCESSIBILITE DU PROCESSUS ELECTORAL AUX PERSONNES HANDICAPEES EST UNE OBLIGATION

L’un des principes fondamentaux de la liberté et de l’égalité est l’exercice de la citoyenneté et la possibilité qui est donnée à chacun de s’exprimer par le vote. 

Afin de garantir aux personnes handicapées l’égalité des droits et des chances et pour assurer leur participation à la vie citoyenne sur un pied d’égalité avec les autres, le processus électoral doit être accessible. C’est dans cet esprit que la loi du 11 février 2005 prévoit l’accessibilité des bureaux et techniques de vote. 

image

Au cours de ces dernières années, beaucoup d’efforts ont été engagés pour que les opérations de vote, dans leur ensemble, soient rendues accessibles à toutes les situations de handicap. Trois mémentos consacrés aux méthodes de mise en accessibilité des bureaux de votes, des campagnes électorales et des informations politiques ont été élaborés dès 2006, pour sensibiliser les organisateurs de scrutin, les médias et les candidats aux élections. Lors du Comité interministériel du handicap du 25 septembre 2013, le Gouvernement a décidé d’actualiser ces mémentos et de les diffuser en vue des élections municipales et européennes de 2014. La promotion de ces mémentos est assurée par le ministère de l’intérieur à travers la documentation qui est publiée à l’intention des candidats à ces élections. 

Les recommandations de ces guides sont basées sur les textes législatifs et réglementaires en vigueur.

Accessibilité des bureaux et opérations de vote

Les organisateurs des scrutins et les responsables des bureaux de vote ont l’obligation de veiller à ce que les procédures, équipements et matériels électoraux soient appropriés, accessibles et faciles à comprendre et à utiliser par tous les électeurs. Ce mémento présente l’ensemble des dispositions à prendre, pour que les électeurs avec déficiences physiques, visuelles, auditives, mentales, cognitives ou psychiques puissent voter à bulletin secret et en toute liberté, que le vote se passe par méthode classique ou par appareil électronique.

Accessibilité des campagnes électorales des candidats

Destiné aux formations politiques et aux candidats, ce mémento a pour but de rappeler que les électeurs peuvent être âgés et/ou avoir des déficiences et pourraient se trouver en situation de handicap, si leur environnement n’est pas rendu accessible. Comment organiser une réunion publique accessible ? 
Comment permettre aux personnes avec déficiences auditives, visuelles, ou mentales d’accéder aux communications du candidat, quel que soit le mode de communication choisi ? Les candidats eux-mêmes peuvent être en situation de handicap. Quelles sont les mesures à prendre pour faciliter leur campagne en égalité des droits et des chances avec les autres candidats ? Sur la base de la réglementation en vigueur, ce mémento donne des pistes pour répondre à ces questions.

Accès aux médias d’information

Les personnes handicapées doivent pouvoir accéder, comme tout citoyen, aux médias d’information et plus particulièrement aux médias qui diffusent des informations et des communications sur les campagnes électorales. Or, plusieurs millions d’électeurs accèdent difficilement, voire pas du tout, à ces informations. La loi du 11 février 2005 précise que les services de communication publique en ligne doivent être accessibles aux personnes handicapées. Quels sont les moyens et les techniques à mettre en place pour apporter des réponses adaptées aux électeurs qui, en raison de leurs déficiences, accèdent difficilement aux informations ? Réalisé en partenariat avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ce mémento rappelle également les mesures engagées par les chaines de télévisions, notamment les chaines publiques, en matière d’accessibilité.

Source : Ministère de la Santé et des Affaires sociales. Publié le 12 mars 2014.  

AL Angoulvent  - Vitalliance